En manque d'effectif, le Cantal recrute les aides-soignants de demain


13 mars 2023

Le Cantal compte 4 Instituts de Formation Aides Soignants. Un secteur qui est en manque d'effectif, et dont le nombre d'inscrits au concours diminue chaque année. Depuis ce lundi 13 mars, les dossiers de candidature pour cette formation sont disponibles, et les établissements comptent bien remplir les 128 places disponibles pour former les aides-soignants de demain. 

Le département compte 4 IFAS, 3 publics (Aurillac, Saint-Flour et Mauriac) et 1 privé (Maurs). Depuis 2012, le nombre de candidats au concours ne cesse de baisser : 525 en 2012, 219 en 2020 et 116 lors de la dernière rentrée. Sur les 128 places disponibles dans le Cantal, 52 n'ont pas trouvé preneur. 

Et pourtant, nous parlons d'un corps de métier, qui offre de nombreux débouchés.

Quelles sont les différences entre aide-soignant et infirmier ? 

Souvent confondus, les postes d'aides-soignants et d'infirmiers ont pourtant des missions différentes, bien qu'elles soient liées. L'aide-soignant est habilité à dispenser les soins de la vie quotidienne, ou des soins, pour préserver et restaurer, la continuité de la vie, le bien-être et l'autonomie de la personne. 

3 missions reflètent son activité : 

- L'accompagnement du patient dans les activités de sa vie quotidienne et sociale.

- La collaboration au projet de soins personnalisé dans son champ de compétence.

- La contribution à la prévention des risques et au raisonnement clinique interprofessionnel.

La formation est aussi différente dans les 2 corps de métiers. Pour devenir aide-soignant comptez 1 an d'étude, sans diplôme nécessaire lors de la candidature. Pour le métier d'infirmier, comptez 3 ans d'études en post-bac

"L'infirmier peut travailler sur prescription médicale, l'aide-soignant non". Marie-Christine Malbert, directrice de l'IFSI et de l'IFAS du CH d'Aurillac

Un travail d'équipe avec l'infirmier

Dans l'imaginaire collectif, l'aide-soignant travaille en marge des tâches des infirmiers, ou des médecins. Comme l'explique Manon, aide-soignante, c'est "un travail d'équipe, une collaboration entre toutes les parties. Nous sommes les mains, les yeux et les oreilles des infirmiers. On forme un vrai binôme".

Un métier "gratifiant" selon Mme Malbert, mais peu populaire auprès du grand public. "Nos anciens élèves sont épanouis dans leurs différents services. Ce métier souffre malheureusement d'une mauvaise représentation"

Manon et Marie-Claire aides-soignantes

Manon (à gauche) et Marie-Claire (au centre ) aides-soignantes, accompagnées d'une formatrice.

Manon ne comprend pas le peu d'engouement que suscite sa formation.

Comment candidater ?

Pour la rentrée 2023, les candidatures à la formation d'aide-soignant sont possible avec un dossier téléchargeable sur les sites internet des différents IFAS.

La formation complète comprend 1540 heures soit 44 semaines : 

- 22 semaines d'enseignement théorique.

- 22 semaines de stage cliniques (stage qui est trouvé par l'organisme de formation).

Cette formation est finalisée avec l'obtention du Diplôme d'État d'Aide-Soignant.

Pour candidater, il faut avoir 17 ans à la date d'entrée en formation, aucun diplôme n'est requis.

Cette formation coûte 6 600 €, plusieurs aides sont possibles, notamment par le biais de la Région, de Pôle Emploi et des diverses bourses. Marie-Christine Malbert a "rarement vu un élève payer de sa poche la formation. Il y a toujours une solution pour couvrir une grande partie des coûts de formation, et même l'intégralité"

Malgré une formation qui ne coûte donc quasiment rien à l'étudiant, et qui a de nombreuses perspectives d'avenir (aide-soignant en milieu hospitalier, à domicile, assistant de soin en gérontologie, passerelles vers le métier d'auxiliaire de puériculture ou encore d'ambulancier), le nombre de candidats est fortement en baisse sur notre territoire.

En sortie d'école, au 1er échelon, le salaire est de 1 808 € nets (hors prélèvement à la source).

La date limite des inscriptions est fixée au 13 juin, et les épreuves de sélection débuteront dans la foulée, avant la rentrée début septembre. 

Les épreuves de sélection permettent de découvrir : l'intérêt du candidat pour le domaine de l'accompagnement et de l'aide à la personne, ses qualités humaines et ses capacités relationnelles, ses aptitudes en expression écrite et à l'oral, ses capacités d'analyse et sa capacité organisationnelle.

Légende photo : Remise des diplômes DEAS Aurillac 2022.

@Ludwig DELMAS

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article