CANTAL - Fransylva et Apicantal s'engagent pour faciliter la production de miel en forêt privée

04 octobre 2021 à 13h31

Christian Carrier, président d’Apicantal et Nicolas de Menthière, Président de Fransylva Cantal, ont signé le 9 septembre dernier à Pleaux une première convention de collaboration qui vient sceller un partenariat pour favoriser l’implantation de ruches et la production de miel en forêt privée...

La collaboration entre les deux syndicats doit favoriser la mise en relation entre les apiculteurs et les propriétaires forestiers privés susceptibles d’accueillir des ruches dans leur forêt. 

Classé en zone de « montagne », le Cantal est en grande partie englobé dans les parcs naturels des volcans d’Auvergne ou de l’Aubrac. Avec 156 000 ha, la forêt couvre 27% du département, et offre une grande diversité d’écosystèmes et de flores, favorable, à la production de miel local de qualité.

Les apiculteurs cantaliens, amateurs ou professionnels, souhaitent quant à eux trouver de nouveaux espaces naturels pour leurs ruches et développer la production locale de miel et de produits de la ruche de qualité de plus en plus demandés par les consommateurs.

Nicolas de Menthière, Président de Fransylva Cantal.

La convention de collaboration signée pour cinq ans entre Fransylva Cantal et Apicantal prévoit trois actions. Les explications de Nicolas de Menthière.

Fransylva Cantal est le syndicat des propriétaires forestiers privés.

Il compte près de 500 adhérents, et représente et défend, les intérêts des propriétaires privés, auprès de l’ensemble de leurs partenaires. Il promeut une gestion durable des forêts conciliant la production de bois de qualité et la préservation de la biodiversité

 Apicantal est le syndicat des apiculteurs du Cantal.

Il regroupe plus de 500 adhérents répartis sur l’ensemble du territoire. Environ 50% sont des amateurs possédant moins de 10 ruches, le reste étant réparti entre pluriactifs et professionnels. Il n’a pas de bureaux, ni de permanences. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article