"On est mal payé, on est mal considéré" le mal être des enseignants


19 janvier 2023

Ce jeudi se déroule une nouvelle journée de manifestations contre le projet de réforme des retraites. A Aurillac, plusieurs milliers de manifestants partent de la gare et remontent jusqu'à la préfecture, en passant par la rue des Carmes. 

Une manifestation intersyndicale et départementale qui touche divers services comme les transports urbains, mais surtout les écoles, les crèches, les collèges et les lycées. Le service minimum est mis en place dans les écoles publiques aurillacoises entre 8h30 et 11h45 et 13h45 et 16h45, dans les salles du centre Pierre Mendès France. 

Une dizaine de postes supprimés ?

Dans le Cantal, cette journée est marquée par un grand nombre d'enseignants du premier et second degrés en grève. Un mouvement qui vient pour de nombreuses raisons : les retraites, les salaires, mais aussi la carte scolaire 2023.

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, 58 suppressions de postes sont à prévoir. Stéphanie Lavergne, de la FSU, s'attend à "une vraie saignée" dans le département. 

La carte scolaire pour la rentrée de septembre 2023 devrait être communiquée dans le courant du mois de février. Le nombre de postes supprimé pourrait avoisiner les 10.

En attendant, une vingtaine d'écoles cantaliennes ont été approchées vis-à-vis de ces fermetures de classes. 

Salaires et conditions de travail

Cette journée de mobilisation est aussi marquée par des recommandations qui tournent autour des salaires et des conditions de travail des enseignants. En France, le salaire brut moyen est plus faible qu'en Allemagne ou que les pays de l'Organisation de Coopération et de Développement Économique.

"Les enseignants sont mal payés et mal considérés. Certains pensent à changer de métier et de démissionner". Stéphanie Lavergne, FSU

Des classes d'une trentaine d'élèves le travail est difficile. "Il y a de plus en plus de burnouts dans l'Éducation Nationale. On n'est pas en Seine-Saint-Denis, mais les conditions de travail se durcissent"

Un courrier a été envoyé aux différents élus, pour leur demander leur soutien en faveur de l'amélioration des conditions de vie des agents des métiers de l'éducation. 

D'autres mobilisations de ce type pourraient avoir lieu dans les prochaines semaines. Surtout après l'annonce de la carte scolaire 2023 et le nombre de postes supprimés dans le Cantal. 

©Jordanne FM

Légende photo : Début de la manifestation ce matin devant la gare d'Aurillac.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article